À propos

Cette section contient l’historique de L’Autre Avenue, le territoire qu’il dessert, de même que la liste de ses partenaires.

 

HISTORIQUE

De Contact avec la Société des grands à L’Autre Avenue . . . la petite histoire d’un organisme œuvrant à la promotion d’une justice alternative.

En novembre 1980, deux intervenants entendent parler d’un projet qui a cours à Montréal sous la supervision du Bureau de consultation jeunesse, organisme communautaire d’assistance et d’accompagnement. Ils élaborent un projet pilote nommé Contact avec la société des grands  offert aux adolescents résidant dans la région métropolitaine de Québec. Ce projet, tout comme celui de Montréal, a pour but de promouvoir des mesures de prévention de la délinquance et de non-judiciarisation des adolescents ayant commis un délit, et ce, par la mise en place d’activités réparatrices. L’expérience du Bureau de consultation jeunesse ouvre une voie permettant la reconnaissance de la pertinence d’un modèle axé vers la déjudiciarisation des délits mineurs.

Deux ans plus tard, le bilan positif du projet pilote de Québec conduit à son incorporation, donnant naissance à Travaux Communautaires Jeunesse (Région de Québec) Inc.  Dès septembre 1982, le programme, jusqu’ici réservé aux adolescents qui y consentaient par le biais d’une mesure volontaire, est ouvert aux ordonnances du Tribunal de la jeunesse.

En avril 1984, la Loi sur les jeunes contrevenants entre en vigueur. Elle s’inscrit dans la foulée des expériences de non-judiciarisation en présentant des dispositions innovatrices qui permettent de substituer, pour les infractions de faible gravité, des mesures de rechange à la procédure judiciaire officielle. Ce programme de mesures de rechange favorise dans un premier temps l’accréditation des organismes ayant déjà développé ce type de services, tel que Travaux Communautaires Jeunesse, puis la mise en place d’autres organismes à la grandeur du Québec. À partir de ce moment, ils se désignent organismes orienteurs. Au cours de cette même année, l’organisme se voit confier la responsabilité du programme de travaux compensatoires pour les mineurs. De plus, il rend ses services disponibles au comté de Portneuf, puis, en 1986 à celui de Charlevoix.

Novembre 1989 est un moment charnière dans le développement des organismes orienteurs. C’est la naissance du Regroupement des organismes orienteurs du Québec qui, en 1996, deviendra le Regroupement des organismes de justice alternative du Québec (ROJAQ).

Les membres disposent depuis d’une structure qui n’a cessé d’évoluer et qui, plus que jamais, favorise la reconnaissance de leur mission auprès des différents partenaires. Le regroupement contribue activement au développement, à la consolidation et à l’évolution des pratiques de ses membres dans le système de justice pénale pour les mineurs et dans la communauté.

En septembre 1993, l’organisme choisit de modifier sa dénomination sociale afin de l’harmoniser à son évolution. Travaux Communautaires Jeunesse devient donc Action Communautaire Jeunesse.

À l’automne 1997, un Point de service est ouvert à Donnacona afin de mieux desservir la clientèle du comté de Portneuf et faciliter la collaboration avec les partenaires.

Un an plus tard, la médiation entre les adolescents et les victimes est ajoutée à nos services.

Puis, l’année 2001 correspond à une période charnière dans l’évolution d’Action Communautaire Jeunesse et de ses pairs.  Une entente provinciale entre les organismes de justice alternative et les centres jeunesse est signée.  Cette entente vient clarifier le partage des responsabilités entre les deux organisations et favorise la place de la victime et de la réparation.

Octobre 2002 constitue une autre période d’importance.  Après 20 ans d’existence et d’évolution, une mise à jour des objets de charte et une nouvelle dénomination sociale viennent s’harmoniser à la mission de l’organisme. Action Communautaire Jeunesse devient L’Autre Avenue, organisme de justice alternative. Ce changement vient confirmer notre volonté de s’inscrire pleinement dans un mouvement de transformation sociale où la place des personnes concernées par un délit, un conflit ou un litige, est reconnue et où le dialogue et la réparation des torts causés sont facilités par la mise en place de mécanismes alternatifs en résolution de conflits.

Puis, le 1er avril 2003, la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents entre en vigueur.  Un partenariat est officiellement établi avec les policiers qui peuvent dorénavant référer directement des adolescents ayant commis des délits d’ordre mineur dans le cadre du programme de renvoi.

En mars 2005, nous procédons à l’inauguration de Médiation de quartier, projet porté par des valeurs de participation citoyenne et d’entraide et qui offre un accompagnement aux citoyens désirant entreprendre des démarches pour tenter de résoudre à l’amiable une situation de conflits.

L’année 2006 marque quant à elle le début de l’implantation dans de nombreux milieux de deux programmes de gestion des conflits, soit Passerelles  et  Des conflits bien gérés… Tout le monde y gagne!,  s’adressant aux écoles et aux centres de la petite enfance. Ces projets visent à outiller les milieux afin de favoriser davantage le dialogue et la prise en charge de la situation par les personnes impliquées dans un conflit.

En 2009-2010, L’Autre Avenue participe à la mise en place du Centre de justice de proximité de Québec, organisme d’information juridique et de référence pour les citoyens.  Depuis, une belle collaboration s’est établie entre les deux organisations, notamment pour la promotion de la justice participative.

Puis, en mars 2015, Médiation de quartier fête ses 10 ans d’existence !  Durant cette décennie, ce projet n’a cessé d’évoluer.  Il jouit d’une grande crédibilité aux yeux des partenaires et constitue une option de plus en plus privilégiée par les citoyens.

 

TERRITOIRE

L’Autre Avenue œuvre dans la région de la Capitale-Nationale, c’est-à-dire de Portneuf à Charlevoix, en passant par Québec.

Voici les villes que nous desservons :

- A -

  • Ancienne-Lorette

- B -

  • Baie-St-Paul
  • Baie-Ste-Catherine
  • Beauport
  • Beaupré
  • Boischâtel

- C -

  • Cap-à-l’Aigle
  • Cap-Rouge
  • Cap-Santé
  • Charlesbourg
  • Château Richer
  • Clermont

- D -

  • Deschambault
  • Donnacona
  • Duberger

- F -

  • Fossambault-sur-le-Lac

- G -

  • Grondines

- I -

  • Île d’Orléans

- L -

  • Lac-Beauport
  • La Malbaie
  • Lac-Blanc
  • Lac-Croche
  • Lac-Delage
  • Lac-Jacques-Cartier
  • Lac-Lapeyrère
  • Lac-Pikauba
  • Lac-Saint-Charles
  • Lac-Saint-Joseph
  • Lac-Sergent
  • Les Éboulements
  • Les Saules
  • Limoilou
  • Linton
  • Loretteville
  • L’Ange-Gardien
  • L’Isle-aux-Coudres

- M -

  • Mont-Élie
  • Montchâtel

- N -

  • Neufchâtel
  • Neuville
  • Notre-Dame-de-Portneuf
  • Notre-Dame-des-Anges
  • Notre-Dame-des-Monts

- P -

  • Petite-Rivière-Saint-François
  • Pont-Rouge
  • Port-aux-Quilles
  • Portneuf
  • Portneuf-Station

- Q -

  • Québec

- R -

  • Rivière-à-Pierre
  • Rivière-Malbaie

- S -

  • Sagard
  • Saint-Aimé-des-Lacs
  • Saint-Alban
  • Saint-Augustin-de-Desmaures
  • Saint-Basile
  • Saint-Casimir
  • Saint-Émile
  • Saint-Ferréol-les-Neiges
  • Saint-Fidèle
  • Saint-François-de-l’Île d’Orléans
  • Saint-Gabriel-de-Valcartier
  • Saint-Gilbert
  • Saint-Hilarion
  • Saint-Irénée
  • Saint-Jean-de-l’Île-d’Orléans
  • Saint-Joachim
  • Saint-Joseph-de-la-Rive
  • Saint-Laurent-de-l’Île-d’Orléans
  • Saint-Léonard-de-Portneuf
  • Saint-Louis-de-Gonzague-du-Cap-Tourmente
  • Saint-Marc-des-Carrières
  • Saint-Pierre-de-l’Île-d’Orléans
  • Saint-Raymond
  • Saint-Siméon
  • Saint-Thuribe
  • Saint-Tite-des-Caps
  • Saint-Ubalde
  • Saint-Urbain
  • Sainte-Agnès
  • Sainte-Anne-de-Beaupré
  • Sainte-Brigitte-de-Laval
  • Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier
  • Sainte-Christine-d’Auvergne
  • Sainte-Famille
  • Sainte-Foy
  • Sainte-Pétronille
  • Sault-au-Cochon
  • Shannon
  • Sillery
  • Stoneham

- T -

  • Tewkesbury

- V -

  • Val-Bélair
  • Valcartier
  • Vanier
  • Village-Huron

- W -

  • Wendake

 

PARTENAIRES

VOIR autrement AGIR différemment. Tout cela ne serait pas possible sans l’appui de nos partenaires.

Les bailleurs de fonds

Centre intégré universitaire de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale (Programme de  soutien aux organismes communautaires)
Ministère de la Famille (Programme Québec ami des ainés)
Ministère de la Justice (Bureau du Fonds Accès Justice)
Emploi et Développement social Canada (Programme Emplois d’été Canada)

Les partenaires et collaborateurs

Le Centre intégré universitaire de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale
Le Service de police de la Ville de Québec et la Sûreté du Québec
Les percepteurs des amendes des cours municipales
Les juges de la Chambre de la jeunesse
Les avocats de l’Aide juridique, section jeunesse
Les procureurs aux poursuites criminelles et pénales
Les différents organismes qui accueillent et accompagnent les adolescents dans la réalisation de leur mesure
Les bénévoles de Médiation de quartier et de Médiation citoyenne Côte-de-Beaupré
Les personnes-ressources du Service de protection contre les incendies de la Ville de Québec et de l’Association des grands brûlés (FLAM)
La Ville de Québec
Le Centre d’aide aux victimes d’actes criminels
Le Centre de justice de proximité de Québec

Le Bureau d’information juridique de l’Université Laval

Notre instance

La permanence de notre regroupement provincial (ROJAQ) et les organismes de justice alternative du Québec.